Les formalités d’obtention d’un prêt étudiant

Pour pouvoir financer leurs études, les étudiants de l’enseignement supérieur bénéficient de plusieurs options : les bourses, le travail à temps partiel ou le prêt étudiant. Mais faute de bourse ou de travail suffisamment rémunérateur, de nombreux universitaires ont aujourd’hui recourt à un prêt bancaire pour financer leurs études.

Qu’est-ce que le prêt étudiant ?

5Avant tout, il faut savoir que le prêt étudiant désigne un prêt ou crédit personnel proposé par les banques et les assurances pour les étudiants de 18 à 28 ans. Pouvant aller jusqu’à 50.000 €, les prêts étudiants peuvent être remboursés pendant une durée de 9 à 10 ans maximum avec une possibilité de différé partiel ou total. Le remboursement se fera une fois que l’étudiant aura commencé à travailler.
Les démarches pour obtenir un prêt étudiant s’effectuent auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurance. A savoir que les banques et les assurances demandent généralement une garantie des parents avant d’accorder un prêt étudiant. Il existe cependant des prêts garantis par l’État dont le montant peut aller jusqu’à 15.000 €, notamment pour les universitaires d’origine française ou européenne.

Comment obtenir un prêt étudiant

Le prêt étudiant est uniquement destinés aux étudiants universitaires âgés entre 18 et 28 ans, titulaires d’un certificat de scolarité ou d’une carte d’étudiant.
Il est important de présenter un projet universitaire et professionnel cohérent pour être sûr de bénéficier d’un prêt étudiant. De plus, il est primordial de veiller à ce que le projet universitaire et professionnel soit en cohérence avec la somme demandée. Le but est d’être le plus crédible possible et de convaincre les assurances et/ou les banques, de pouvoir rembourser le prêt sans problème, le moment voulu.

Les documents indispensables pour pouvoir réaliser un prêt étudiant

En plus d’avoir moins de 28 ans et d’être un étudiant dans l’enseignement supérieur, il est important de présenter un dossier complet, absolument indispensable pour le bon déroulement des démarches pour obtenir un prêt étudiant. A savoir que ce dossier doit obligatoirement comprendre les documents suivant :
• Une pièce d’identité
• Un justificatif du statut d’étudiant
• Un justificatif de domicile
• Les derniers relevés de compte de l’étudiant.
Pour plus d’informations, vous pouvez découvrir les formalités d’obtention d’un prêt étudiant AXA

Se former à Revit, logiciel de construction de bâtiments.

Le logiciel Revit

Revit fait partie des logiciels phares d’Autodesk dans le domaine de de la conception et construction de bâtiments (CAO).Il a été pensé afin de prendre en compte la modélisation de données de bâtiments ce qui est un impératif afin de pouvoir réaliser des modélisations respectant le BIM.
Ce logiciel répond parfaitement aux besoins des architectes en termes de conception et permet la réalisation d’un projet architectural de A à Z.
formation-revit
Il apporte un grand nombre de fonctionnalités fort utiles aux architectes telles que les informations énergétiques, une visualisation de la conception 3D efficace ainsi que des outils panification de site qui vous permettra de communiquer efficacement avec vos partenaires.

Revit et le Bim

Il devient essentiel pour tous acteur de la construction d’etre en mesure de produire des projets qui respectent la modélisation BIM ou maquette numérique.

Le BIM est un processus qui, au travers de la conception d’une maquette 3D dite intelligent permet d’optimiser les choix et d’améliorer les échanges et de collaborer sur un projet. Le BIM permet une réduction du temps des chantiers et une meilleure communication entre les différents corps de métier.
Revit fait partie des logiciels qui permettent ce type de modélisation qu on peut aussi qualifier d’outil de BIM 3D simplifié. Ce logiciel vous permettra de réaliser des documentations 3D de qualité en toute simplicité. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur le site officiel d’autodesk : Revit

Se former à revit

Afin d’exploiter au mieux les capacités de ce logiciel il est primordial de se former régulièrement à l’utilisation de Revit et mettre à jour ses compétences lors d’arrivée de nouvelles versions.

La plupart des architectes sont pris par le temps et ne dispose que de peu de créneaux afin de former leurs équipes de dessinateurs.
Pour permettre l’accès à la formation de la manière la plus simple, certains organismes de formation proposent des formations dites « sur mesure » durant lesquelles vous pourrez adapter le contenu à votre niveau et à vos besoins.
Mais aussi, déterminer le lieu et les dates de formation afin de répondre au mieux à vos attentes et à vos contraintes en termes de planning de production.

C’est le cas notamment de l’organisme Kouros dont vous pouvez découvrir les formations sur le logiciel Revit et plus globalement sur le BIM à la page ci-après : Kouros

Quelles formations suivre pour une carrière dans l’aéronautique

Nombreux sont les jeunes à vouloir faire carrière dans l’aéronautique. Mais alors, quelles études faire et quelles formations suivre pour s’orienter dans cette voie ?

Formations en aéronautique : tout dépend de la spécialisation

Il faut savoir que l’ingénierie en aéronautique est très vaste. Il se peut que l’ingénieur en question ait une formation mécanique et soit amené à concevoir des pièces pour les avions ou étudier les matériaux utilisés dans la conception de ces pièces, il se peut aussi que l’ingénieur soit spécialisé dans les télécommunications, l’électronique, l’optique ou autres. Dans tous les cas de figure, il sera indispensable que l’ingénieur en aéronautique ait de bonnes bases scientifiques ainsi qu’une spécialisation dans une branche technique, voire des nouvelles technologies.

Une formation poussée en informatique

Pour pouvoir faire carrière dans le monde de l’aéronautique, il est inévitable d’avoir une formation poussée en informatique. En effet, de nombreux secteurs au sein de ce domaine sont assistés par ordinateur. L’informatique appliquée à l’aéronautique peut par exemple permettre de concevoir des logiciels de suivi de l’entretien des différentes pièces, pour contrôler des manœuvres automatiques ou encore pour enregistrer les différentes pannes. Mais l’informatique appliquée à l’aéronautique peut également concerner l’informatique embarquée au sein des différents appareils, ou encore l’informatique qui gère la trajectoire des satellites.

informatique

Des connaissances poussées en langues étrangères

Dans le domaine de l’aéronautique, vous serez amené à collaborer avec différentes personnes au cours de votre carrière, et pas forcément des gens de même nationalité que vous. Il est alors impératif que vous puissiez communiquer en d’autres langues, autres que votre langue maternelle. Tout au moins, vous devrez maîtriser l’anglais qui est la langue internationale. La maîtrise du chinois est également un atout important dans la mesure où la Chine est devenue un acteur important dans le domaine de l’aéronautique il y a quelques décennies, tant en ressources qu’en termes de technologie.

Formation académique

Pour pouvoir intégrer de grands groupes comme Airbus anciennement EADS, il est indispensable d’obtenir un ingéniorat en aéronautique et spatial. Il s’agit d’une formation qui dure cinq années, et qui peut également aboutir à des débouchés comme la construction aéronautique, navale et ferroviaire.

Les qualités requises pour travailler dans l’aéronautique

Un ingénieur en aéronautique doit avant tout être organisé et avoir de la méthode et de la rigueur dans tout ce qu’il fait. Il doit être branché nouvelles technologies et doit aimer s’initier sans cesse à de nouvelles choses, et faire de nouvelles expériences. Par ailleurs, l’ingénieur en aéronautique doit toujours rester à la pointe de la technologie, pour cela il doit sans cesse s’améliorer à chaque fois que l’occasion se présente. Il doit donc être motivé et curieux, afin de rester au top à tout moment.

Enfin et non des moindres, une personne qui souhaite se lancer dans l’aéronautique doit savoir travailler selon des normes strictes et suivre des consignes claires, effectuer une check-list à chaque fois et être très rigoureux dans la qualité de son travail. En effet, le secteur de l’aéronautique ne tolère pas le travail à peu près, ce qui fait que les ingénieurs devront apprendre à être à cheval sur les détails en tous genres.

Les formations au métier de l’immobilier

L’immobilier a le vent en poupe actuellement, ce qui entraîne une certaine augmentation du nombre d’emplois dans le domaine. Quelles formations doit-on alors suivre pour travailler dans ce secteur ?

Comprendre le métier d’agent immobilier

Le rôle d’un agent immobilier est de trouver des contrats de vente ou de location de biens immobiliers dans une région pour le compte de ses clients. La demande peut alors provenir à la fois des demandeurs de logement comme des vendeurs / loueurs. Ainsi, l’agent immobilier doit être à l’écoute des besoins de ses clients et user de tout son pouvoir de persuasion afin d’atteindre ses objectifs, au même titre que tout commercial.

Qu’il travaille pour une franchise ou pour une agence immobilière indépendante, l’agent immobilier devra connaître parfaitement le quartier ou la ville où il exerce, ainsi que le marché immobilier dans lequel il opère. S’il travaille dans l’immobilier neuf à Bordeaux, il devra connaître les spécificités de ce métier dans cette ville. Ainsi, il pourra avoir tous les arguments nécessaires pour négocier plus facilement ses contrats.

contrat immobilier

Les différentes formations pour accéder au métier

Pour devenir agent immobilier, il existe différentes formations allant du BTS au Bacc +5. En effet, il est possible d’accéder au métier d’agent immobilier à partir d’un BTS en profession immobilière ou d’un Brevet Professionnel dans la même filière. Mais généralement, les candidats qui ont un cursus plus étoffé ont plus de chances de se faire embaucher, notamment s’ils n’ont pas encore eu d’expériences professionnelles dans le domaine.

Par ailleurs, il est également possible d’exercer le métier avec un BTS en Négociation et relation client, ou même un DUT en carrières juridiques. L’université Lyon 3 propose également un Deust administrateur de biens, comme l’université de Toulon qui propose un Deust en professions immobilières. Autrement, il est également possible de devenir agent immobilier avec une licence professionnelle en droit immobilier, en transactions et gestion immobilières.

Ne pas négliger les écoles privées

Outre les universités, il existe également des écoles privées qui permettent de faire carrière dans les métiers de l’immobilier. Par exemple, il y a l’Ecole Supérieure des professions immobilières, l’Ecole Supérieure de l’immobilier, l’école française d’administration des biens, l’institut du management des services immobiliers ou encore le VHS Business School qui n’est autre que l’école du syndicat français de l’immobilier.

espi

Perspectives d’évolution

Il faut savoir que dans les métiers de l’immobilier, l’expérience et la renommée sont des points très importants. Il n’est donc pas inquiétant de devoir commencer au bas de l’échelle en tant qu’assistant. D’ailleurs, le salaire d’un agent immobilier débutant varie entre 1500 et 3800 euros, selon le secteur et la renommée de l’agence. Avec les années d’expérience, l’agent immobilier peut prétendre à se spécialiser dans une branche de l’immobilier, comme l’immobilier de prestige, l’immobilier industriel, etc. A terme, l’agent immobilier peut envisager d’ouvrir sa propre agence immobilière et travailler à son compte grâce à la réputation qu’il aura bâtie.

Les qualités requises

Pour devenir agent immobilier, il est important d’avoir certaines qualités, car il ne s’agit pas d’un métier facile. Par exemple, il faut de la patience et de la détermination car les contrats ne se décrochent pas facilement, mais il faut aussi maîtriser l’art de la persuasion et savoir choisir des arguments percutants pour avoir de bons résultats.

Se former à la gestion

La gestion d’entreprise est un art, celui de faire en sorte qu’une entreprise avance sans faille d’ordre financière ou organisationnelle.

La gestion d’entreprise : un état d’esprit avant tout

La gestion d’entreprise n’est pas un métier comme les autres. En effet, il nécessite plus d’engagements personnels, la possibilité de se vouer entièrement au travail sans rien prendre en compte à part les résultats et les profits pour l’entreprise. Se former à la gestion d’entreprise implique donc que vous vous impliquiez dans le métier plus que dans un autre, et que vous sachiez naturellement défendre les intérêts d’une société. Si vous vous formez à la gestion d’entreprise, vous aurez donc à côtoyer de manière régulière la direction générale et la direction financière de l’établissement dans lequel vous serez salarié un jour. Cela implique une bonne dose de volonté, de sérieux et surtout de persévérance.

De nombreux débouchés

Se former en gestion d’entreprise ne se limite pas uniquement à apprendre à gérer une entreprise. En effet, ces études englobent différentes activités, comme la comptabilité, la gestion des ressources, le contrôle de gestion, la gestion des finances, les audits, le marketing interne et externe, etc. Il y a donc autant de débouchés qu’il ne semble dans cette branche. En vous formant à la gestion d’entreprise, vous pouvez donc choisir une spécialisation tout en ayant des connaissances sur ces différentes autres branches, ce qui est intéressant d’un point de vue technique.

Généralement, les entreprises recrutent en effet un contrôleur de gestion, qui sera également chargé d’autres tâches comme les finances et la comptabilité de l’entreprise, etc. Il faut savoir qu’aujourd’hui, les entreprises doivent toutes optimiser leurs activités en fonction de la crise économique. Les contrôleurs de gestion et agents spécialisés en gestion d’entreprise sont donc particulièrement recherchés sur le marché du travail dans ce contexte.

Formation en universités ou à distance

Bien que les grandes écoles et les facultés foisonnent pour se former à la gestion d’entreprise, il existe d’autres solutions pour pouvoir apprendre en même temps d’exercer d’autres activités comme un emploi à mi-temps, le bénévolat ou les différents stages. En effet, il existe des universités et écoles supérieures privées qui dispensent des cours à distance, dont la gestion d’entreprise figure parmi les cursus proposés. Par ailleurs, il est possible de prétendre au marché du travail assez tôt, après obtention d’un diplôme de niveau bac +4 ou bac +5, comme un mastère en gestion ou comptabilité-contrôle-audit, ou autres. Quant aux diplômés de niveau bac +2, ils peuvent déjà postuler pour un poste d’assistant contrôleur de gestion.

Le métier de courtier en crédit

Aujourd’hui, le métier de courtier en crédit est très intéressant, dans la mesure où beaucoup de ménages souscrivent des crédits et que la crise rend plus difficile les recherches et les démarches.

courtier immobilier

Le métier de courtier en crédit en quelques mots

Etre courtier en crédit immobilier, c’est jouer le rôle d’intermédiaire entre les clients qui aspirent à souscrire un crédit immobilier pour financer leur projet et les établissements financiers qui peuvent débloquer les fonds nécessaires. Le courtier se charge alors d’effectuer toutes les démarches nécessaires pour trouver le financement, à commencer par la recherche de la banque, en passant par les négociations des différentes conditions de prêt jusqu’à l’organisation du rendez-vous pour la signature du contrat.

Un courtier en crédit doit alors maîtriser parfaitement le monde du crédit et de l’immobilier, et connaître tous les arguments qui peuvent faire fléchir une banque lors des négociations. Un courtier pourra également apporter des conseils à ses clients de manière à ce que ces derniers puissent se donner toutes les chances d’obtenir un crédit à de bonnes conditions. Par exemple, il pourra leur conseiller de faire attention à leur compte en banque pour qu’il n’affiche pas de découvert, leur conseiller de faire des épargnes sur quelques mois, leur conseiller de constituer un apport personnel conséquent, etc.

Le courtier en crédit, l’expérience comme fer de lance

Ce qui différencie le courtier en crédit immobilier d’un simple particulier dans la recherche d’un financement, c’est l’expérience. En effet, le courtier recherche les banques en se basant sur des connaissances précises sur le marché du crédit, sur les taux en vigueur et sur les types de profil qui peuvent aspirer à obtenir les meilleures conditions de crédit sur le marché. De plus, le courtier en crédit connaît la quasi-totalité des établissements bancaires et traitent régulièrement des dossiers avec eux : une relation de confiance est donc établie entre eux, ce qui est généralement favorable pour le traitement des dossiers.

courtier immo

Le courtier en crédit immobilier connaît bien la concurrence entre les différentes banques, et pourra alors faire jouer facilement cet argument afin d’obtenir de bonnes conditions par rapport au crédit immobilier de ses clients.

Le courtier fait gagner du temps

Grâce aux services d’un courtier en immobilier, les emprunteurs pourront gagner beaucoup de temps car ils n’auront plus à courir à gauche et à droite pour comparer les différents taux, et les négociations avec les banques se fait de manière plus rapide et plus efficace lorsque c’est un professionnel comme le courtier en crédit qui s’en charge. De plus, le courtier pourra conseiller ses clients sur la manière de constituer un dossier sans taches, afin de bénéficier des meilleurs taux et pour pouvoir négocier plus facilement et concrétiser le projet d’acquisition immobilière dans les délais les plus courts.

Le fait d’engager un courtier nécessite certes un coût supplémentaire, mais il est évident que les avantages que l’on peut en tirer sont également nombreux : des conditions de crédit avantageuses, un taux d’intérêt de remboursement optimal, un dossier qui passer facilement aux yeux des établissements de prêt et des banques, des négociations gérées avec efficacité, sans parler des économies réalisées en s’épargnant les frais de déplacement, etc.

L’utilisation des solutions interactives dans l’enseignement

Aujourd’hui, plus que jamais, les méthodes d’enseignement doivent s’adapter aux nouvelles technologies, bien connues de nos jeunes. Certains outils, comme le tableau ou le vidéoprojecteur interactifs, sont très utilisés dans les différents domaines d’apprentissage. Qu’il s’agisse des technologies de l’information et de la communication (TIC) ou des technologies de l’information et de la communication pout l’éducation (TICE), ces deux solutions ont prouvé leur efficacité dans le développement des compétences des élèves et l’acquisition du savoir.

Le tableau interactif

tableau-blanc-interactifLe tableau blanc interactif (TBI), dit aussi tableau numérique interactif (TNI) ou encore tableau pédagogique interactif (TPI), est un tableau sur lequel vous pouvez afficher le contenu de votre ordinateur et interagir avec votre auditoire (élèves ou autres).
Les vertus pédagogiques du TBI ont en fait une nouvelle technologie très utilisée en classe ou lors de réunions, séminaires et autres.

Le vidéoprojecteur interactif

Le vidéoprojecteur interactif (VPI) permet de projeter, à distance, des documents numériques, sur toute surface de projection morte (tableau blanc classique ou mur clair lisse) qui se transforme en une surface interactive. Le tableau blanc devient ainsi un écran et la souris cède la place au stylet ou aux doigts.

Les atouts de ces solutions interactives

Avec le TBI, l’activité de l’élève au tableau est plus facile qu’avec un tableau classique. En effet, les fonctionnalités, qui jusque-là étaient externes, sont désormais intégrées et simples à manipuler (instruments géométriques, déplacement d’objets, feutres multicolores…). Associés à un logiciel, ces deux solutions interactives permettent à leurs utilisateurs de personnaliser le contenu de leurs documents numériques et de les modifier (créer, modifier, annoter, dessiner, déplacer, écrire, …) directement depuis la surface de projection (tableau classique ou mur).

Le TBI ou le VPI sont interactifs au doigt et au stylet, selon le modèle choisi.Dans le domaine scolaire, le TBI et le videoprojecteur interactif (VPI) s’appliquent à un grand nombre d’enseignements, scientifiques, techniques, artistiques, …Ils peuvent être utilisés simultanément par deux ou plusieurs individus (notamment l’enseignant et son élève) Ils offrent une surface interactive plus grande et sont faciles et rapides à installer.

Ils ne sont pas encombrants et donc faciles à emporter (certains modèles de TIB pèsent 300 gr). Le VPI élimine la notion de distance lors des réunions de travail ou dans le domaine scolaire (interaction avec des élèves malades ou handicapés ne pouvant se déplacer jusqu’en salle de classe)

Les inconvénients de ces solutions interactives

L’efficacité du TBI est plus ou moins limitée : certains enseignements, comme les mathématiques, exigent de l’enseignant des explications claires. Ces deux solutions interactives coûtent plus cher que les équipements classiques. Le stylet, utilisé avec le VPI et le TBI, est fragilisé par sa technologie et par son mode de rechargement (batterie ou pile). La qualité de la précision des solutions n’est pas vraiment optimale. La brillance et la clarté du tableau, servant de support pour la projection, peut, suite à une longue utilisation, créer des reflets capables de gêner les élèves ou tout autre auditoire.

Les cours à domicile: soutien scolaire sans intermédiaire

Les cours à domicile sont reconnus comme faisant partie des meilleures solutions pour aider un enfant à obtenir de bons résultats à l’école, au collège ou au lycée. Comme son nom l’indique, cette forme de soutien scolaire consiste à faire appel à un ou plusieurs professeurs particuliers pour donner des cours personnalisés à son enfant et l’aider à dépasser ses difficultés scolaires.
cours-domicile

Principes des cours à domicile

Une fois par semaine (au moins), le professeur particulier se rend au domicile de son élève pour aider ce dernier à surmonter ses difficultés scolaires, afin de progresser et obtenir de meilleurs résultats à l’école. Durant les cours à domicile, le professeur est à l’écoute de son élève et concentrera surtout les leçons sur les matières qui posent problème à ce dernier, qu’il s’agisse de mathématiques, de français, d’histoire ou de sciences.

De meilleurs résultats scolaires grâce aux cours à domicile

Les parents sont, aujourd’hui, de plus en plus nombreux à considérer les cours à domicile comme une excellente solution pour aider leur(s) enfant(s) à faire face et surmonter ses/leurs difficultés scolaires. Les cours particuliers à domicile présentent en effet l’avantage de pouvoir s’adapter parfaitement aux besoins et horaires libres de l’enfant, que celui-ci soit écolier, collégien ou lycéen. En tant que soutien scolaire, ils se concentrent particulièrement sur les parties du programme scolaire qui posent problème à l’enfant, éclairant ce dernier sur tout ce qu’il ne comprend pas. Et pour s’assurer que les cours portent réellement des fruits, il est préférable de choisir un professeur compétent avec qui l’enfant se sente à l’aise.

Les avantages d’engager un professeur particulier

Recourir aux services d’un ou de plusieurs professeurs particuliers présente de nombreux avantages : il s’agit d’une alternative qui offre par exemple la possibilité de bénéficier d’un accompagnement scolaire entièrement personnalisé et régulier. Acteur essentiel des cours à domicile, le professeur particulier est généralement un excellent pédagogue, parfaitement qualifié pour assurer un encadrement totalement personnalisé de son élève. De plus, il sait parfaitement s’adapter aux besoins et au rythme de l’enfant. Il présente également toutes les compétences et les qualifications nécessaires pour garantir des cours et des enseignements de grande qualité à son élève.
Plus d’informations sur le soutien scolaire et les cours à domicile sur : http://www.omnicours.com/.

Travailler dans la grande distribution

La grande distribution englobe les grands commerces en France, appelés aussi entreprises dans le grand commerce spécialisé. Travailler dans la grande distribution peut être intéressant, même si le métier peut connaître certaines limites.

La grande distribution en quelques mots

travail-commerceLa grande distribution désigne l’ensemble des acteurs qui interviennent dans le commerce de biens de consommation et des produits dérivés. Cela peut concerner les grandes surfaces, les épiceries et autres points de vente, mais aussi la vente en libre-service. La grande distribution est au contact des clients et transmet les besoins du marché aux fournisseurs, à savoir les fabricants ou les producteurs. Ce sont donc les informations collectées auprès de la grande distribution qui permettent aux différents fournisseurs et producteurs d’adapter leurs produits tant au niveau de la qualité que de la quantité. Il s’agit donc d’un maillon important dans la relation entre les professionnels et leur clientèle.

La grande distribution : un secteur qui crée de l’emploi

Ce n’est un secret pour personne, la grande distribution est un secteur qui crée de nombreux emplois dans les pays du monde entier. En 2007, la grande distribution en France recensait environ 636000 employés. Et ce secteur ne cesse de créer des emplois, dans la mesure où entre 1997 et 2010, le taux de croissance annuel de l’emploi en grande distribution a été de 3,4 %. Au cours de ces treize années, l’emploi en grande distribution a donc grimpé de plus de 40 %, ce qui n’est pas négligeable en comparaison avec les autres secteurs.

Travailler dans la grande distribution : pérenne ou pas ?

Il est assez difficile de savoir si la grande distribution s’avance dans le bon sens ou non actuellement. En effet, il a été démontré que bien que 98 % des Français passent une heure ou plus par semaine dans les supermarchés et les hypermarchés, ils ne sont pas tous satisfaits et contents d’y faire leurs courses. En effet, seuls 30 % des Français affirment apprécier faire leurs courses dans la grande distribution. Travailler dans la grande distribution peut donc être assez risqué, surtout au vu des différents appels à boycotter les chaînes de la grande distribution. À terme, il se peut même que ces grands groupes en viennent à réduire son personnel de manière à réduire les coûts et maintenir les prix de leurs produits, pour continuer à attirer la clientèle.

Quelques freins par rapport au travail dans la grande distribution

Chez certaines personnes, le fait de travailler dans la grande distribution peut causer certains problèmes. En effet, certaines religions et certains principes sont en contradiction avec certaines activités en grande distribution. Par exemple, les personnes musulmanes ne peuvent travailler que dans les magasins halal s’ils veulent travailler dans la grande distribution. En effet, la religion musulmane interdit à ses croyants de travailler dans un secteur qui est en relation avec le porc, avec l’alcool ou avec les substances nocives.

Le fait de travailler en tant que caissier dans un supermarché qui vend de l’alcool ou des produits à base de porc est donc à éviter pour les musulmans, tout comme le fait de travailler en tant que caissier ou serveur dans un restaurant non halal. Ce qui peut être assez contraignant parfois, compte tenu du contexte de crise économique que nous traversons depuis maintenant quelques années.

Se former à la gestion patrimoniale

La gestion patrimoniale est un métier qui consiste à assister les clients dans leurs choix et leurs stratégies pour la gestion de leur patrimoine. Cela nécessite alors une formation spécifique.

Une formation adéquate pour la gestion patrimoniale

Afin de pouvoir exercer le métier de gestionnaire de patrimoine, il faut étudier de manière à avoir des connaissances approfondies en droit, en fiscalité, en finance et aussi en économie. En effet, vous serez en charge de la gestion de portefeuilles clients, c’est-à-dire que vous n’aurez pas le droit à l’erreur lorsque vous prodiguerez vos conseils. Vous pouvez alors suivre une formation initiale ou encore une formation professionnelle comme le DIF ou Droit Individuel à la Formation ou encore le VAE ou Validation des Acquis de l’Expérience.

Vous pouvez alors étudier dans les écoles de Commerce en choisissant comme option finance de marché, ou alors faire une école d’ingénieur, travailler à l’Institut d’Etudes Politiques au niveau de la section économique et financière, ou encore à l’ENSAE ou Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique.

formation

Pour pouvoir exercer le métier de gestion patrimoniale, il vous faudra obtenir une maîtrise en droit économique, ou encore une maîtrise d’IUP en banque finance assurance et en choisissant gestion de patrimoine comme option, pour exercer ce métier de la bourse. Pour optimiser vos chances, vous pouvez compléter votre formation par un Master professionnel en gestion patrimoniale finance ou encore un Master spécialisé en finances et gestion de patrimoine, au niveau des écoles de commerce.

L’expérience, un détail très important

Vous pouvez avoir tous les diplômes possibles, mais un employeur peut refuser tout de même de vous embaucher pour un poste de gestion patrimoniale. En effet, ce métier nécessite beaucoup d’expérience dans le travail. En dehors de votre formation, vous devrez donc accuser d’un minimum de pratique au sein d’une entreprise, même si ce n’est pas directement en relation avec la gestion de patrimoine.

Par exemple, il est important d’avoir eu une première expérience en tant que commercial, en tant qu’agent de relation clientèle comme chez sivac afin de comprendre les contraintes du marché et du métier de gestionnaire de patrimoine, pour pouvoir maîtriser les dossiers complexes comme l’investissement immobilier par exemple. Pour pouvoir exercer ce métier, la formation sur le tas s’avère donc indispensable.

entretien

N’allez pas penser qu’un petit stage de formation n’est pas à la hauteur de vos ambitions, car c’est ce côté pratique qui vaudra de l’or lorsque vous vous présenterez à un entretien d’embauche. Bien souvent en effet, les recruteurs vous demandent : « ok, vous avez fait des études. Mais que savez-vous faire concrètement ? ».

Enfin, vous devrez également vous pencher sur le marché de l’immobilier et de ce qui tourne autour, dans la mesure où l’on parle de gestion de patrimoine. Pensez alors à vous familiariser avec l’immobilier neuf, aux systèmes de défiscalisation en vigueur, etc.

Mis à part la formation que vous devrez suivre, vous ne devez pas hésiter un seul instant à accumuler les expériences et à commencer au bas de l’échelle pour comprendre tous les mécanismes de la gestion patrimoniale.