L’utilisation des solutions interactives dans l’enseignement

Aujourd’hui, plus que jamais, les méthodes d’enseignement doivent s’adapter aux nouvelles technologies, bien connues de nos jeunes. Certains outils, comme le tableau ou le vidéoprojecteur interactifs, sont très utilisés dans les différents domaines d’apprentissage. Qu’il s’agisse des technologies de l’information et de la communication (TIC) ou des technologies de l’information et de la communication pout l’éducation (TICE), ces deux solutions ont prouvé leur efficacité dans le développement des compétences des élèves et l’acquisition du savoir.

Le tableau interactif

tableau-blanc-interactifLe tableau blanc interactif (TBI), dit aussi tableau numérique interactif (TNI) ou encore tableau pédagogique interactif (TPI), est un tableau sur lequel vous pouvez afficher le contenu de votre ordinateur et interagir avec votre auditoire (élèves ou autres).
Les vertus pédagogiques du TBI ont en fait une nouvelle technologie très utilisée en classe ou lors de réunions, séminaires et autres.

Le vidéoprojecteur interactif

Le vidéoprojecteur interactif (VPI) permet de projeter, à distance, des documents numériques, sur toute surface de projection morte (tableau blanc classique ou mur clair lisse) qui se transforme en une surface interactive. Le tableau blanc devient ainsi un écran et la souris cède la place au stylet ou aux doigts.

Les atouts de ces solutions interactives

Avec le TBI, l’activité de l’élève au tableau est plus facile qu’avec un tableau classique. En effet, les fonctionnalités, qui jusque-là étaient externes, sont désormais intégrées et simples à manipuler (instruments géométriques, déplacement d’objets, feutres multicolores…). Associés à un logiciel, ces deux solutions interactives permettent à leurs utilisateurs de personnaliser le contenu de leurs documents numériques et de les modifier (créer, modifier, annoter, dessiner, déplacer, écrire, …) directement depuis la surface de projection (tableau classique ou mur).

Le TBI ou le VPI sont interactifs au doigt et au stylet, selon le modèle choisi.Dans le domaine scolaire, le TBI et le videoprojecteur interactif (VPI) s’appliquent à un grand nombre d’enseignements, scientifiques, techniques, artistiques, …Ils peuvent être utilisés simultanément par deux ou plusieurs individus (notamment l’enseignant et son élève) Ils offrent une surface interactive plus grande et sont faciles et rapides à installer.

Ils ne sont pas encombrants et donc faciles à emporter (certains modèles de TIB pèsent 300 gr). Le VPI élimine la notion de distance lors des réunions de travail ou dans le domaine scolaire (interaction avec des élèves malades ou handicapés ne pouvant se déplacer jusqu’en salle de classe)

Les inconvénients de ces solutions interactives

L’efficacité du TBI est plus ou moins limitée : certains enseignements, comme les mathématiques, exigent de l’enseignant des explications claires. Ces deux solutions interactives coûtent plus cher que les équipements classiques. Le stylet, utilisé avec le VPI et le TBI, est fragilisé par sa technologie et par son mode de rechargement (batterie ou pile). La qualité de la précision des solutions n’est pas vraiment optimale. La brillance et la clarté du tableau, servant de support pour la projection, peut, suite à une longue utilisation, créer des reflets capables de gêner les élèves ou tout autre auditoire.

Les cours à domicile: soutien scolaire sans intermédiaire

Les cours à domicile sont reconnus comme faisant partie des meilleures solutions pour aider un enfant à obtenir de bons résultats à l’école, au collège ou au lycée. Comme son nom l’indique, cette forme de soutien scolaire consiste à faire appel à un ou plusieurs professeurs particuliers pour donner des cours personnalisés à son enfant et l’aider à dépasser ses difficultés scolaires.
cours-domicile

Principes des cours à domicile

Une fois par semaine (au moins), le professeur particulier se rend au domicile de son élève pour aider ce dernier à surmonter ses difficultés scolaires, afin de progresser et obtenir de meilleurs résultats à l’école. Durant les cours à domicile, le professeur est à l’écoute de son élève et concentrera surtout les leçons sur les matières qui posent problème à ce dernier, qu’il s’agisse de mathématiques, de français, d’histoire ou de sciences.

De meilleurs résultats scolaires grâce aux cours à domicile

Les parents sont, aujourd’hui, de plus en plus nombreux à considérer les cours à domicile comme une excellente solution pour aider leur(s) enfant(s) à faire face et surmonter ses/leurs difficultés scolaires. Les cours particuliers à domicile présentent en effet l’avantage de pouvoir s’adapter parfaitement aux besoins et horaires libres de l’enfant, que celui-ci soit écolier, collégien ou lycéen. En tant que soutien scolaire, ils se concentrent particulièrement sur les parties du programme scolaire qui posent problème à l’enfant, éclairant ce dernier sur tout ce qu’il ne comprend pas. Et pour s’assurer que les cours portent réellement des fruits, il est préférable de choisir un professeur compétent avec qui l’enfant se sente à l’aise.

Les avantages d’engager un professeur particulier

Recourir aux services d’un ou de plusieurs professeurs particuliers présente de nombreux avantages : il s’agit d’une alternative qui offre par exemple la possibilité de bénéficier d’un accompagnement scolaire entièrement personnalisé et régulier. Acteur essentiel des cours à domicile, le professeur particulier est généralement un excellent pédagogue, parfaitement qualifié pour assurer un encadrement totalement personnalisé de son élève. De plus, il sait parfaitement s’adapter aux besoins et au rythme de l’enfant. Il présente également toutes les compétences et les qualifications nécessaires pour garantir des cours et des enseignements de grande qualité à son élève.
Plus d’informations sur le soutien scolaire et les cours à domicile sur : http://www.omnicours.com/.

Travailler dans la grande distribution

La grande distribution englobe les grands commerces en France, appelés aussi entreprises dans le grand commerce spécialisé. Travailler dans la grande distribution peut être intéressant, même si le métier peut connaître certaines limites.

La grande distribution en quelques mots

travail-commerceLa grande distribution désigne l’ensemble des acteurs qui interviennent dans le commerce de biens de consommation et des produits dérivés. Cela peut concerner les grandes surfaces, les épiceries et autres points de vente, mais aussi la vente en libre-service. La grande distribution est au contact des clients et transmet les besoins du marché aux fournisseurs, à savoir les fabricants ou les producteurs. Ce sont donc les informations collectées auprès de la grande distribution qui permettent aux différents fournisseurs et producteurs d’adapter leurs produits tant au niveau de la qualité que de la quantité. Il s’agit donc d’un maillon important dans la relation entre les professionnels et leur clientèle.

La grande distribution : un secteur qui crée de l’emploi

Ce n’est un secret pour personne, la grande distribution est un secteur qui crée de nombreux emplois dans les pays du monde entier. En 2007, la grande distribution en France recensait environ 636000 employés. Et ce secteur ne cesse de créer des emplois, dans la mesure où entre 1997 et 2010, le taux de croissance annuel de l’emploi en grande distribution a été de 3,4 %. Au cours de ces treize années, l’emploi en grande distribution a donc grimpé de plus de 40 %, ce qui n’est pas négligeable en comparaison avec les autres secteurs.

Travailler dans la grande distribution : pérenne ou pas ?

Il est assez difficile de savoir si la grande distribution s’avance dans le bon sens ou non actuellement. En effet, il a été démontré que bien que 98 % des Français passent une heure ou plus par semaine dans les supermarchés et les hypermarchés, ils ne sont pas tous satisfaits et contents d’y faire leurs courses. En effet, seuls 30 % des Français affirment apprécier faire leurs courses dans la grande distribution. Travailler dans la grande distribution peut donc être assez risqué, surtout au vu des différents appels à boycotter les chaînes de la grande distribution. À terme, il se peut même que ces grands groupes en viennent à réduire son personnel de manière à réduire les coûts et maintenir les prix de leurs produits, pour continuer à attirer la clientèle.

Quelques freins par rapport au travail dans la grande distribution

Chez certaines personnes, le fait de travailler dans la grande distribution peut causer certains problèmes. En effet, certaines religions et certains principes sont en contradiction avec certaines activités en grande distribution. Par exemple, les personnes musulmanes ne peuvent travailler que dans les magasins halal s’ils veulent travailler dans la grande distribution. En effet, la religion musulmane interdit à ses croyants de travailler dans un secteur qui est en relation avec le porc, avec l’alcool ou avec les substances nocives.

Le fait de travailler en tant que caissier dans un supermarché qui vend de l’alcool ou des produits à base de porc est donc à éviter pour les musulmans, tout comme le fait de travailler en tant que caissier ou serveur dans un restaurant non halal. Ce qui peut être assez contraignant parfois, compte tenu du contexte de crise économique que nous traversons depuis maintenant quelques années.

Se former à la gestion patrimoniale

La gestion patrimoniale est un métier qui consiste à assister les clients dans leurs choix et leurs stratégies pour la gestion de leur patrimoine. Cela nécessite alors une formation spécifique.

Une formation adéquate pour la gestion patrimoniale

Afin de pouvoir exercer le métier de gestionnaire de patrimoine, il faut étudier de manière à avoir des connaissances approfondies en droit, en fiscalité, en finance et aussi en économie. En effet, vous serez en charge de la gestion de portefeuilles clients, c’est-à-dire que vous n’aurez pas le droit à l’erreur lorsque vous prodiguerez vos conseils. Vous pouvez alors suivre une formation initiale ou encore une formation professionnelle comme le DIF ou Droit Individuel à la Formation ou encore le VAE ou Validation des Acquis de l’Expérience.

Vous pouvez alors étudier dans les écoles de Commerce en choisissant comme option finance de marché, ou alors faire une école d’ingénieur, travailler à l’Institut d’Etudes Politiques au niveau de la section économique et financière, ou encore à l’ENSAE ou Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique.

formation

Pour pouvoir exercer le métier de gestion patrimoniale, il vous faudra obtenir une maîtrise en droit économique, ou encore une maîtrise d’IUP en banque finance assurance et en choisissant gestion de patrimoine comme option, pour exercer ce métier de la bourse. Pour optimiser vos chances, vous pouvez compléter votre formation par un Master professionnel en gestion patrimoniale finance ou encore un Master spécialisé en finances et gestion de patrimoine, au niveau des écoles de commerce.

L’expérience, un détail très important

Vous pouvez avoir tous les diplômes possibles, mais un employeur peut refuser tout de même de vous embaucher pour un poste de gestion patrimoniale. En effet, ce métier nécessite beaucoup d’expérience dans le travail. En dehors de votre formation, vous devrez donc accuser d’un minimum de pratique au sein d’une entreprise, même si ce n’est pas directement en relation avec la gestion de patrimoine.

Par exemple, il est important d’avoir eu une première expérience en tant que commercial, en tant qu’agent de relation clientèle comme chez sivac afin de comprendre les contraintes du marché et du métier de gestionnaire de patrimoine, pour pouvoir maîtriser les dossiers complexes comme l’investissement immobilier par exemple. Pour pouvoir exercer ce métier, la formation sur le tas s’avère donc indispensable.

entretien

N’allez pas penser qu’un petit stage de formation n’est pas à la hauteur de vos ambitions, car c’est ce côté pratique qui vaudra de l’or lorsque vous vous présenterez à un entretien d’embauche. Bien souvent en effet, les recruteurs vous demandent : « ok, vous avez fait des études. Mais que savez-vous faire concrètement ? ».

Enfin, vous devrez également vous pencher sur le marché de l’immobilier et de ce qui tourne autour, dans la mesure où l’on parle de gestion de patrimoine. Pensez alors à vous familiariser avec l’immobilier neuf, aux systèmes de défiscalisation en vigueur, etc.

Mis à part la formation que vous devrez suivre, vous ne devez pas hésiter un seul instant à accumuler les expériences et à commencer au bas de l’échelle pour comprendre tous les mécanismes de la gestion patrimoniale.

42, l’école informatique de Xavier Niel

Le grand patron du groupe Iliad-Free a réussi son pari en lançant son école d’informatique 42. Les ambitions de Xavier Niel sont alors claires : il veut former les Bill Gates de demain, et offrir au monde une nouvelle génération de génies.

Une école créée avec des pros

Comme à son habitude, Xavier Niel n’a pas fait les choses à moitié lorsqu’il a voulu mettre en place son école d’informatique de haute technologie. Pour y arriver, il s’est alors entouré des meilleurs. Par exemple, il a choisi comme associé l’ex-directeur général de l’Epitech qui n’est autre qu’une école axée sur l’informatique et les nouvelles technologies.

Dans un contexte où la technologie connaît un essor aussi important, une association avec un professionnel dans un domaine aussi pointu ne pouvait que tomber à point nommé. D’ailleurs, l’école de Xavier Niel compte aussi dans son staff deux grands noms qui ont forgé l’école Epitech, à savoir Florian Bucher et Kwame Yamgnane.

42

Une école en phase avec les besoins du marché

Aujourd’hui, nul n’ignore que la technologie de pointe est indispensable dans tous les domaines : la médecine, l’industrie, l’éducation, l’aéronautique, etc. En d’autres termes, l’avenir ne peut se passer de l’informatique et des technologies de pointe. Le fait de créer en 2013 une école spécialisée en informatique est donc bien plus qu’une bonne idée, car les jeunes peuvent se lancer directement sur le marché du travail et contribuer de manière importante au développement du pays.

Les jeunes présents à l’appel

Il faut savoir que l’école de Xavier Niel connaît un succès grandissant actuellement. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise, compte tenu de la place que tiennent les nouvelles technologies dans le quotidien des jeunes : ils se baladent avec leur iPods, ils ne sont jamais déconnectés de leurs réseaux sociaux, ils vivent presque continuellement avec la technologie. Et si une école peut leur dispenser une formation sur un domaine qui les intéresse, c’est tant mieux pour tout le monde car c’est l’économie française qui en ressort la plus gagnante.

D’ailleurs, l’école 42 a procédé au recrutement de sa deuxième promotion pas plus tard qu’au mois de septembre 2014, ce qui démontre l’intérêt des jeunes pour ce domaine. En 2013, ils étaient 15.000 à être sélectionnés pour passer les différents examens d’entrée, alors qu’ils sont 20.000 cette année.

etudiants 42

La gratuité est un atout qui paie

Il faut savoir que cette école informatique est ouverte aux personnes de 18 à 30 ans, qu’ils aient été de brillants élèves ou simplement des geek autodidactes. Fidèle aux principes du groupe Iliad-Free, l’école 42 de Xavier Niel casse les codes et offre des opportunités réelles sans contraintes financières importantes. Les résultats sont là : l’école fait un carton et les jeunes sont bel et bien prêts à relever les défis imposés.

L’école 42 de Xavier Niel est une institution unique en son genre, car elle s’adresse surtout aux jeunes qui sont passionnés par l’informatique et les nouvelles technologies, en vue de les former pour un futur innovant.

Le code en ligne : choix optimal pour obtenir un permis étudiant pas cher

Posséder un permis de conduire est un véritable passage vers l’âge de la maturité, surtout pour un étudiant. Outre le côté pratique pour le déplacement entre l’université et le lieu de logement, c’est aussi une façon d’affirmer son autonomie. Cependant, les frais engrangés pour les examens théoriques et pratiques sont conséquents. Il faut prévoir en tout et pour tout, un budget d’environ 1500 euros. Tout le salaire récolté grâce aux jobs de vacances risque d’y passer. Pour amortir la somme, le code en ligne est donc un choix évident.

Le code en ligne : la solution pour économiser

permis voitureLe principe est le même qu’une auto-école traditionnelle sauf que désormais tout se fait en ligne, pas besoin de sortir de chez soi. Cette formule qui coûte moins de 100 euro permet de réduire de moitié et même plus la facture pour passer son permis de conduire. En plus de cet avantage économique, elle permet également de disposer de plus de temps pour assimiler les différentes notions à savoir. Des questionnaires conçus par des professionnels issus des établissements d’apprentissage de conduite. Tout au long de la formation en ligne, le candidat au permis est évalué, suivi, noté en fonction des progrès qu’il réalise. La flexibilité des heures de formation et du passage du code fait que ce service ne perturbe en aucun cas les heures de cours du candidat étudiant.

Le permis étudiant : les différentes aides des institutions

L’Etat conscient de la difficulté rencontré par les étudiants a décidé de reformer le permis de conduire ainsi d’alléger le nombre d’heures de conduite à travers la conduite supervisée. Cette formule permet en effet d’avoir toutes les chances de son côté pour réussir l’examen pratique et par la même occasion de réduire le tarif final. Néanmoins, la réduction est plus ou moins conséquente en fonction de la ville et de l’auto-école. Certains départements, régions pratiquent des tarifs de moins de 700 euro alors que d’autres surtout l’île de France à plus 1000 euro. Il faut aussi savoir que seul le code peut être passé en ligne, quant à la pratique, il va falloir vraiment prendre le volant. Cependant, l’aide proposée par l’Etat peut faire diminuer le taux d’échec relatif à certaines régions.

Les métiers de bouche

Les métiers de bouche peuvent aussi être appelés « les métiers du goût ». Il s’agit donc ici des métiers qui ont des rapports directs avec l’alimentation et surtout avec les produits frais. L’on peut alors aussi qualifier cette catégorie de métier de « métier de l’alimentation ». Ces métiers de bouche regroupent donc les professions de boucher, les charcutiers, les poissonniers, les pâtissiers, les restaurateurs, … Autrement dit est rassemblée dans cette catégorie de métier, toute la famille du goût dans l’amalgame de toutes les spécialités professionnelles et les filières alimentaires.

Les valeurs communes aux métiers de bouche

Malgré que le métier de bouche ne soit pas encore bien connu du grand public, cette catégorie de métier possède une grande valeur indispensable dans le quotidien de tous et représente un excellent élément de taille à exploiter pour un bon développement urbain. En effet que seraient les quartiers, voire les villes, sans les services de leurs boulangers, leurs fromagers, leurs poissonniers, … ? Il est bon de savoir en plus que tous les professionnels en métiers de bouche ont en commun un certain savoir-faire manuel, une excellente connaissance des produits ainsi qu’un sens du commerce hors du commun qui font que dans leur relation avec leur public, une certaine complicité se développe dans les échanges directs au quotidien.
métier-de-bouche

Les différentes branches de l’arborescence des métiers de bouche

La grande famille des métiers de bouche est divisée par 2 grandes catégories à savoir les métiers de bouche artisanaux qui sont plutôt orientés vers l’élaboration au sens propre des produits ainsi que le commerce direct de ces derniers au niveau de la clientèle. Ensuite viennent les métiers de bouche de la restauration qui sont caractérisés par une activité en équipe, en salle ou encore en cuisine. De même, des filières alimentaires spéciales composent cette grande famille des métiers de bouche. Il y a donc la filière viande qui inclut entre autres le boucher, le tripier, le charcutier, … La filière sucrée regroupe le boulanger, le confiseur, le pâtissier, le chocolatier et autres. Quant à la filière poissonnerie, elle rassemble l’écailler et le poissonnier. Enfin, les métiers de vendeur alimentaire ainsi que les traiteurs sont disséminés dans l’ensemble de ces filières.

Les formations nécessaires pour un métier de bouche

Il faut un niveau minimum de classe de 3ème pour accéder à la formation pour décrocher un CAP et un BEP comme premiers diplômes pour tous les métiers de bouche. Et afin d’être hautement qualifié, suivre des formations supérieures est chaleureusement recommandé. Après cela vous serez armé des Brevets de maitrise et Brevets professionnels pour affronter et exercer efficacement votre travail.

Les caractères nécessaires pour exercer les métiers de bouche

Ce secteur du métier de bouche est particulièrement exigeant et il requiert une certaine motivation ainsi qu’une forte détermination de la part des candidats. En effet, les situations de travail sont assez laborieuses, entre autres rester debout la plupart du temps ainsi que les horaires de travail très versatiles,… et les salaires assez précaires en tout début d’activité. Ensuite posséder un impeccable sens de l’hygiène est rigoureusement nécessaire dans la transformation des produits frais pour l’alimentation directe. Une grande imagination sera tout autant indispensable pour la confection de produits originaux qui s’adapteront aux besoins exigeants de la clientèle. Avoir des capacités commerciales est également important dans les métiers de bouche.

Les avantages de ces métiers

Le premier avantage est que le secteur de l’alimentation est aujourd’hui en plein épanouissement, il offre plusieurs opportunités de recrutement et les possibilités d’évolution personnelle sont énormes. Il est aussi possible aux jeunes de s’initier très tôt et professionnellement à la formation de métier de bouche et ce, dès un niveau de 3ème. Cette catégorie de métiers offre également une pléiade de choix d’activités entre autres la fabrication, la vente, …

Etudes et métiers de la téléphonie mobile

Lorsque l’on sait que près de 80% des français de plus de 12 ans sont équipés d’un mobile, il n’est pas étonnant de voir de plus en plus de personne s’intéresser professionnellement au secteur de la téléphonie mobile.

Des formations nécessaires

operateur-tel-proIl existe une multitude de métiers dans le secteur de la téléphonie mobile. C’est un domaine qui connait des innovations constantes, offrant des perspectives de carrière aussi bien aux passionnés de technologies que de commerce. Les ingénieurs, marketeurs, spécialistes R&D ou informatique sont des profils très appréciés des recruteurs.
Afin de répondre aux exigences et besoins des opérateurs, les candidats aux métiers de la téléphonie mobile se doivent de posséder différentes qualifications. Il n’est ainsi pas rare de constater que la plupart des offres s’adressent à des bac +4 ou 5.
Les formations de commerciaux et d’ingénieurs sont particulièrement prisées. Toutefois, les détenteurs d’un bac +2, notamment dans les domaines de la vente et du suivi clientèle sont aussi recherchés. De même, posséder une double compétence est un plus.

Un large choix d’emplois

  • Les métiers du marketing et de la vente
    Parmi les métiers les plus connus du secteur, on retrouve les chefs de produit qui travaillent au sein du service marketing. Ils sont souvent titulaires d’un BTS management des unités commerciales, de licences en économie et gestion ou de masters orientés vers le marketing. Les chargés d’études sont davantage recrutés au sein des écoles de commerce et sont spécialisés dans l’e-marketing, l’ingénierie marketing, le commerce international…
    On trouve également des chargés de communication et des chargés de conception de points de vente ou marchandiseur. Ils doivent valoriser un produit ou une marque, s’assurer de le faire connaitre et de mettre en place différentes campagnes (presse, web) et des présentations attrayantes. Ce sont eux qui étudient les besoins des consommateurs, qu’ils soient personnels ou professionnels.
    Ces derniers clients sont d’ailleurs chouchoutés par les marques qui leur consacrent de nombreuses offres. Pour y voir plus clairs, il existe ainsi des guides sur les opérateurs de téléphonie professionnels. Leur rôle est donc majeur dans les entreprises.
    Les vendeurs, conseillers clientèle, chargés de clientèle et responsables de secteur occupent un grand nombre de postes au sein des opérateurs et des distributeurs. Les bacs +2 sont appréciés.

 

  • Les métiers de la R&D et de l’informatique
    L’innovation est constante dans ce secteur. Les recruteurs cherchent en permanence des profils d’ingénieurs capables d’occuper des postes de responsables de veille technologique et d’ingénieurs de recherche et de développement. Ces emplois sont cruciaux pour les entreprises, ce sont eux qui détectent les technologies émergentes ou dépassées, qui mettent au point des nouveautés… Il faut être titulaires d’un bac +5 voire plus pour intéresser les sociétés dans ces domaines.
    Comme dans tous les secteurs, l’informatique occupe aussi une place importante. Les besoins en architectes de système d’information, ingénieurs télécom, chefs de projet télécom ou encore développeurs web sont constants.

Travailler dans les services à la personne

Regroupant tous les services réalisés chez un particulier pour faciliter ses tâches quotidiennes, les métiers dans les services à la personne ou SAP sont accessibles avec ou sans diplômes. Ce secteur est divisé en différentes branches renfermant elles-mêmes de nombreuses activités. Offrant une certaine autonomie mais exigeant néanmoins certaines qualités, les professions dans ce secteur sont à la portée de tout un chacun.

Comment accéder à un métier dans les SAP ?

services à la personne

Le travailleur dans les services à la personne a pour mission d’épauler les personnes dépendantes telles que les handicapées ou les personnes âgées. Il peut également intervenir dans les tâches quotidiennes ou apporter son aide à la famille. Pour accéder à un métier dans ce secteur, le postulant doit être notamment sérieux, honnête, ponctuel et avoir une bonne condition physique.

Aucun diplôme n’est requis pour les professions d’aide au ménage ou au repassage à domicile. Cependant, en ce qui concerne l’aide aux personnes âgées, handicapées ou la garde d’enfant, une certaine qualification est exigée. Grâce à l’alternance consistant en un contrat professionnel ou un apprentissage, le postulant sans diplôme peut obtenir cette qualification en 1 ou 2 ans. Il sera ainsi titulaire d’un CAP petite enfance, d’un CAP d’assistant de vie aux familles ou d’un CAP d’assistant technique en milieu familial et collectif. Une demande de Validation des Acquis de l’Expérience ou VAE en vue de l’obtention d’une certification peut aussi être validée après 3 ans d’expérience dans le métier choisi par l’intéressé.

En outre, pour trouver un emploi dans les services à la personne, le postulant doit avant tout définir le métier qui l’intéresse. Il pourra par la suite faire parvenir son dossier de candidature auprès des prestataires de service ou répondre aux annonces publiées par les particuliers. Les plus indépendants préfèreront afficher leurs annonces dans des lieux très fréquentés, se renseigner auprès de leur entourage ou publier leur annonce sur Internet.

Les avantages des métiers dans les SAP

Offrant une grande flexibilité, les professions dans les services à la personne peuvent être exercées en toute liberté selon le nombre d’heures choisi. Le travailleur peut fixer sa plage horaire avec l’accord de son employeur.

Il faut compter 25 à 35 heures par semaine pour un travail régulier d’entretien et de maintien du domicile, contre 15 heures par semaine pour la garde d’enfants. Il est à noter que cette dernière se déroule en général les mercredis et en fin de journée.

Les métiers dans les SAP sont répertoriés sur une liste exhaustive disponible sur le site de la DGCIS. Ainsi, l’intéressé peut exercer la profession d’aide médico-psychologique, de garde d’enfants, de cuisinier à domicile, d’assistant informatique et Internet à domicile, etc. Certains métiers d’encadrement et de direction tels que responsable de secteur ou directeur de structure sont également inclus dans ce secteur.

Consultant financier : le métier, la formation, les débouchés

De nombreuses personnes rêvent de devenir un jour consultant financier, bien que ce ne soit encore un métier très connu en France. Zoom sur ce métier encore peu connu.

Des chiffres, et toujours des chiffres

Etre consultant financier, c’est être en relation directe avec la direction générale d’une société ou encore sa direction financière. En effet, le consultant financier se charge de plusieurs tâches comme la gestion financière, l’augmentation de capital, les risques de change, l’affacturage, etc. Son rôle est d’optimiser la rentabilité de la société où il travaille. Mais il se peut que le consultant financier soit appelé à traiter de la gestion de patrimoine, comme l’immobilier ou le développement de portefeuille clients.

Au niveau des salaires, un consultant financier peut dépasser allègrement la barre des 50.000 euros par an à condition qu’il soit débrouillard et ambitieux. Il ne faut pas oublier toutefois que le monde de la finance est un monde de requins impitoyables : pas un seul acteur dans ce domaine ne vous fera de cadeaux, surtout s’il peut en tirer quelques avantages. Il savoir que dans le monde de la finance, c’est la loi du plus fort : tous seront aux aguets et celui qui baissera la garde sera attaqué sans pitié.

Une formation de choc

conseiller-financier

Une chose est sûre, il est indispensable d’aimer les chiffres si l’on veut devenir consultant financier. En effet, toute votre vie va tourner autour des chiffres si vous vous lancez dans cette voie.

Il faudra également avoir fait des études dans le management, en organisation, en économie, etc. Techniquement, un consultant financier a suivi les mêmes études que les personnes qui sont devenues directeur commercial, directeur financier ou encore directeur général. L’instinct doit donc être de mise, sans oublier la lucidité pour reconnaître les opportunités favorables à l’entreprise.

Les débouchés possibles

Un consultant financier a la chance d’avoir dans ses mains plusieurs atouts. En effet, il sera en mesure d’occuper plusieurs postes différents, comme manager, conseiller financier, directeur financier, etc. Il est même fréquent que les grandes entreprises recrutent leurs cadres supérieurs en choisissant parmi les consultants financiers de l’entreprise, sur lesquels la société a tout misé pendant des années. Un consultant financier peut donc rêver d’être un jour directeur général, dans la mesure où il a beaucoup de compétences qui sont nécessaires à la bonne marche de l’entreprise.

Certes, il est difficile pour le moment de travailler et/ou de trouver un travail en tant que consultant financier, mais au bout de quelques années les perspectives se dessineront et les opportunités professionnelles d’envergure se présenteront à vous comme par magie.