Comment travailler sur les marchés ?

Travailler sur les marchés est un métier tant traditionnel qu’exceptionnel. En faisant ce travail, vous aurez la chance de rencontrer des gens, de vivre une extraordinaire expérience humaine. Mais aussi, vous serez votre propre patron et vous aurez tout le loisir de proposer à la vente des produits que vous affectionnez. La qualité de votre approche commerciale n’en sera que meilleure et le travail bien que fort contraignant physiquement sera épanouissant.

Une bonne condition physique pour travailler sur les marchés

travailler-marchéAvant de vous lancer dans le travail sur les marchés, vous devez d’abord avoir une motivation et une conviction suffisamment solide pour le faire. Il faut savoir qu’un tel métier exige un changement radical du mode de vie. Ainsi il faudra commencer sa journée très tôt d’hiver comme en été, qu’il pleuve ou qu’il vente, qu’il fasse une température caniculaire ou qu’il neige.  Par ailleurs, une condition physique assez robuste est aussi demandée dans ce métier. En effet porter des caisses de marchandises, monter le stand de marché, installer les produits, remballer les marchandises le soir, … tout cela est à prendre en compte dans le travail d’un commerçant non sédentaire.

Les démarches à entreprendre pour travailler sur les marchés

Travailler sur les marchés ne se fait pas du jour au lendemain. Il sera nécessaire d’entreprendre quelques démarches administratives avant de devenir un forain comme il se doit. Ainsi avant de pouvoir vous installer sur un marché, vous devrez posséder au moins une carte de commerçant non sédentaire que vous obtiendrez auprès de la Préfecture. Un livret de circulation ou encore un registre de commerce ou une attestation de la Mutuelle Sociale Agricole ou une déclaration d’auto-entrepreneur pourra éventuellement remplacer la carte de commerçant non sédentaire. Vous devrez par la suite dresser un dossier de demande d’inscription qui fera partie de tous les dossiers à tirer au sort pour l’obtention des places encore libres sur le marché.

Les justificatifs à avoir pour travailler derrière le banc

Quand vous aurez obtenu votre autorisation ainsi que votre place pour travailler sur les marchés, vous devez en outre avoir quelques pièces justificatives pour avoir le droit de tenir votre stand. Au moins un extrait Kbis du registre du commerce, la carte de commerçant non sédentaire, les factures d’achat des marchandises exposées, seront demandés. Une attestation de droit de place ou un certificat d’agrément sanitaire feront possiblement partie de ces documents à avoir.

Le matériel forain indispensable pour travailler sur les marchés

Il est logique que si vous voulez exercer une activité marchande de plein air, vous devez posséder au moins quelques équipements de base. Ainsi vous devrez alors investir dans un ou plusieurs parasols de marchés, des étals pour vos marchandises, des lits de camp, des tables, des porte-cagettes, des tréteaux… Il est vivement conseillé de choisir du matériel de bonne qualité (solide, pratique, bien présenté, …) pour un bon déroulement de votre activité.

 

SMF35

Bonjour,

Beaucoup d’erreur dans votre descriptif, je pense que votre source date un peu.
Concernant les démarches, comme toutes entreprises, la démarche ne commence pas avec les formalités administratives mais bien avec une réflexion en amont sur la rentabilité et le potentiel de votre projet. Trop souvent des créateurs se lancent sur les marchés sans savoir si leurs entreprises, telle que conçue, sera rentable. Mauvais choix de produits, de statut juridique, absence de prévisionnel, de trésorerie suffisante etc. sont des points qui vont vite plomber la pérennisation de l’entreprise.
Pour éviter ces écueils, les créateurs potentiels peuvent se faire conseiller (gratuitement) par les chambres consulaires qui les guideront dans leurs démarches.
Avant de demander une quelconque place de marché ou de point de vente, il faut créer son entreprise. Une municipalité, en général, n’accordera pas de place si ne sont pas présentés les pièces obligatoires.
Au minimum il vous sera demandé :
– votre carte de commerçant non sédentaire (délivrée par la chambre consulaire dont vous dépendez – centre de formalité des entreprises – et non plus depuis des années par les préfectures)
– une attestation d’assurance spécifique à la profession : une responsabilité civile professionnelle-vente sur le domaine public-dégâts aux tiers
De nombreuses municipalités demanderons d’autres pièces : un extrait k-bis ou un récépissé INSEE (pour les auto entrepreneur), le récépissé de déclaration à la DDCSPP (ex service vétérinaire), l’attestation de formation HACCP (pour ceux qui manipuleront de l’ultra frais, c’est une formation hygiène, comptez environ 500 euros la formation).
A noter, les commerçants non sédentaire affilié à la Mutualité Sociale Agricole sont dispensé de la possession d’une carte de CNS, mais devront, comme vous le signalez disposer d’une attestation d’affiliation.
Il faudra aussi, par corps d’activité, se renseigner sur les pièces obligatoires spécifiques à certaines professions.
Quelques sites permettant d’étoffer votre réflexion sur la création :
– Le site de l’agence pour la création et reprise d’entreprise : http://www.apce.com
– Un ouvrage en licence libre qui est plutôt bien fait : http://ge.tt/1stZHsP/v/0 (il faut le commander sur ce site, le prix de la commande est de 0 euros et vous n’aurez plus qu’à le télécharger au format pdf)
Cordialement,
Syndicat des Marchés de France 35