La fin de la gratuité pour les classes prépa

L’instauration de frais à l’inscription pour les classes préparatoires aux grandes écoles vient d’être voté par l’assemblée nationale. Il s’agit d’une mesure qui a valeur de symbole, dit-on au PS, l’idée étant de rendre plus égalitaires les coûts de scolarités.

Traditionnellement, les classes prépa publiques sont gratuites pour tous les étudiants, à l’inverse des universités où des frais de participation au coût de la scolarité sont demandés. Pour les députés, c’était une sorte d’injustice qu’il fallait réparer. Les élèves de classes préparatoires occupant les lycées et coûtant souvent plus cher à l’état que les étudiants d’universités, il semblerait logique qu’ils soient amenés aussi à contribuer au coût de leur scolarité.

Leur coût est presque le double de celui d’un étudiant en FAC, 8000 euros pour ce dernier contre environ 15 000 pour l’étudiant en prépa. D’autre part, les étudiants de classes prépas sont dans leur majorité issu de milieux plus aisés et il semblait presque anormal qu’ils n’aient pas à supporter de contributions à leur scolarité.

Cette mesure prend place dans le cadre du projet de loi sur la recherche et l’enseignement supérieur, sur lequel planche en ce moment l’Assemblée nationale. Réunis en commission, les députés ont donc franchis une première étape. Cette décision devra toutefois être confirmée dans l’hémicycle à l’occasion du vote de la loi. Il y a fort à parier qu’à la prochaine rentrée, les élèves des classes préparatoires doivent s’acquitter de droits d’entrée.