Notre guide sur le portage salarial

Il y avait une époque où on avait le choix entre devenir un salarié ordinaire ou créer son propre emploi. Seules ces deux solutions étaient disponibles avant l’apparition du portage salarial, une réforme qui chamboule agréablement tout l’univers professionnel. Une méthode qui semble bien conquérir plus d’un par ses conditions attachantes et ses avantages mutuellement tournés en faveur de l’indépendant. Il serait plus intéressant que l’auto-entrepreneuriat.

Petite description du portage salarial

Le portage salarial est un nouveau système d’emploi qui associe la pratique d’activité professionnelle d’indépendant à la préservation des privilèges du salariat. Elle englobe les couvertures sociales ainsi que la gérance du cadre administratif du freelancer. Ce système est compatible avec tous les critères que recherche un entrepreneur : travailler selon ses capacités physiques et intellectuelles, tâche avec un contrat à court terme. Le but est alors de travailler à son compte tout en bénéficiant de tous les avantages d’un salarié. L’employé peut donc être un indépendant, un entrepreneur, un jeune diplômé évitant le chômage, et même un retraité qui souhaite créer une activité susceptible de générer un grand épanouissement tant personnel que professionnel. On peut retrouver une explication détaillée du portage salarial disponible sur le net.

Les principes et mode de fonctionnement du portage salarial

Il existe plusieurs étapes fatidiques qui expliquent comment ce système fonctionne. Le but est de lutter contre l’ubérisation du travail selon Le Monde. Au début, ça a l’air un peu compliqué mais au fil du temps où l’on comprend mieux, ça s’avère moins sophistiqué. Il suffit juste de suivre les consignes à la lettre pour que tout se déroule à merveille.

Recherche et échange commercial

Le professionnel en portage se rapproche d’une entreprise qui pourrait lui proposer une mission et lui confier toutes les responsabilités liées à cette activité (mis à part les responsabilités administratives). Ils comparaissent ensemble un coût proportionnel à l’intervention, les dépenses professionnelles occasionnées par l’opération, déterminent exactement les objectifs de la prestation, les attributions légués au contribuable ainsi que la remise de la rétribution.

Contrat de prestation et de travail

Dans ce domaine, il existe un interlocuteur qui assiste et conseille le professionnel. Le professionnel en portage propose donc à cet interlocuteur le contrat de prestation couvrant toutes les négociations convenues lors du contact entre le professionnel et l’entreprise. L’interlocuteur et l’entreprise se mettent donc à leur tour en contact et signent le précédent contrat de prestation proposé par le contribuable. D’autre part, l’interlocuteur et le professionnel en portage signent un contrat de travail pour la durée de mission prescrite par l’entreprise. Ce contrat de travail régit alors toutes les conditions convenues lors du premier échange.

Réalisation de la mission

Le professionnel en portage se consacre à la prestation et suit les démarches définies dans le cahier de charge. Sa seule obligation en dehors de la prestation est de faire un rapport mensuel du déroulement du travail à l’interlocuteur. La communication permet aux deux de mener à bien la mission. C’est l’interlocuteur qui s’occupe en simultanée des arrangements administratifs avec l’entreprise (référencement, contrat, facturation, recouvrement) et qui assure la gestion salariale du professionnel (DPAE, bulletins de salaire, cotisations Urssaf, caisse de retraite, Pôle emploi, assurance).

Le prestataire sera donc rémunéré chaque mois par l’interlocuteur selon un montant relatif facturé à l’entreprise.

Fin de la mission

Quand la mission sera achevée, l’entreprise renouvelle son contrat, ou dans le cas contraire, le contrat de travail s’arrêtera et l’interlocuteur remettra au professionnel en portage son solde de tout compte et le certificat de travail. Il lui restituera également son attestation Pôle Emploi pour que le professionnel puisse s’y inscrire de nouveau et ouvrir de nouveaux droits Pôle Emploi. C’est en quelque sorte un retour à la case départ.